Vous êtes ici : Accueil > Territoire > Energie et climat > Biomasse

Biomasse

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Chaufferie bois ou biomasse

Les chaufferies bois ou biomasse utilisent  une ressource souvent locale qui peut même être produite sur l’exploitation agricole. 
Certaines cultures énergétiques (ex miscanthus ) , cultures bas intrants, peuvent être valorisées sur des secteurs à enjeux environnementaux. 
Les chaufferies bois/biomasse bénéficie d’aides publiques à l’investissement.
 

La valorisation du bois de l’exploitation agricole pour...

... sa chaufferie

Les haies, les ripisylves (arbres des bords de cours d’eau), ou autres arbres de l’exploitation, peuvent être valorisés en bois énergie (buches, plaquettes,…). 

L’entretien régulier des arbres le long des cours d’eau (tous les 15 à 25 ans) est recommandé pour éviter les accumulations de résidus dans la rivière ou le ruisseau. En ne coupant que des bandes de 20m max sur 100m de haies permet de ne pas amener trop de soleil au cours d’eau.

… la litière des animaux

Les plaquettes bois peuvent être valorisées en litière pour les animaux, en remplacement de la paille.  La litière qui semble aujourd’hui la plus performante consiste en une couche de base de plaquettes bois tendres de 10 à 20 cm d’épaisseur et sur laquelle on rajoute de la paille classique. Cette litière de base peut ensuite être rafraîchie et remélangée au bout de 3 à 4 semaines avec une herse ou une fraise, pour durer à nouveau 3 semaines.
Les facteurs de conversion : 1 tonne de plaquettes sèches = 4 mètres cubes apparents (MAP) = 1 tonne de paille qui peut absorber 1 400 litres d’urine.

Le chauffage par la biomasse

Les chaudières poly combustibles offrent une nouvelle valorisation à certaines parcelles agricoles (cultures énergétiques biomasse). La Chambre d'Agriculture participe au développement des chaudières spécifiques céréales, plaquettes de bois, menue paille voire paille entière, mais réfléchit aussi à des systèmes de plus forte puissance pour le séchage de tabac, houblon, maïs... 

Le monde viticole n'est pas en reste, là aussi la réflexion autour de la valorisation énergétique des sarments de vignes est lancée. Quelques systèmes se sont déjà mis en place comme par exemple une presse à sarments de vignes qui fait des ballots (diamètre 40 cm)  pouvant, être brulés soit directement dans une chaudière ou passer par un broyage puis alimenter une chaudière à plaquettes.