Vous êtes ici : Accueil > Environnement > Protection de l'eau > Captages prioritaires

Captages prioritaires

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les captages d’eau dit « prioritaires » sont des captages sont la ressource en eau est dégradée, et qui ont été classés prioritaires par le Grenelle de l’Environnement en 2009, ou la Conférence Environnementale en 2013. Il y a 29 captages prioritaires en Alsace. L’origine de ce classement est généralement la mauvaise qualité de la ressource en eau, mais cela peut aussi être l’absence d’interconnexion donnant un caractère stratégique au captage. Le SDAGE Rhin Meuse liste également des captages dits « dégradés » par des pollutions diffuses ou ponctuelles, d’origine agricole mais pas exclusivement.


 

Ces captages prioritaires font l’objet de programmes de mesures dont l’objectif est de reconquérir la qualité de la ressource en eau. Ces programmes s’appliquent sur de grandes zones que sont les « aires d’alimentation de captage », qui peuvent s’étendre sur plusieurs milliers d’hectares.
Sur quasiment tous ces captages prioritaires, la Chambre d’agriculture a réalisé un diagnostic territorial des pressions agricole, permettant de caractériser les pratiques des agriculteurs au regard de la protection de l’eau, et permettant de mettre en place un plan d’action. Sur 28 captages prioritaires, les comités de pilotage, présidés par les collectivités locales, ont validé un plan d’action adapté aux captages, qui est ensuite mis en œuvre par l’ensemble des partenaires (Collectivité locale, Chambre d’agriculture, OPABA, partenaires de l’Agrofournitures etc.), avec pour certaines actions, des financements de l’Agence de l’Eau Rhin Meuse ou des Conseils Départementaux.
Les mesures mises en place sont, par exemple, des actions de sensibilisation des exploitants agricoles ou des habitants des communes, des conseils techniques collectifs ou individualisés des agriculteurs, des contrôles des pulvérisateurs, des MAE (Mesure Agro-Environnementales) pour localiser de l’herbe ou réduire les traitements, un convention de partenariat avec l’Agrofourniture pour harmoniser les conseils, des bandes enherbées, des études pour des nouvelles filières de cultures à bas niveau d’impact sur l’eau etc. Ces plans d’action sont évalués à pas de temps régulier, et sont donc amenés à évoluer, en fonction des résultats obtenus sur la ressource en eau.
Selon les captages ou types de ressources en eau, les résultats sont variables. Des résultats très satisfaisants ont été obtenus sur certains captages, avec des inversions des tendances (arrêt des augmentation des nitrates et baisse avérée sur plusieurs années), comme pour le captage d’Hilsenheim ou encore avec des baisses conséquentes des taux de nitrates par exemple pour le captage de Knoeringue. Cependant, les résultats peuvent être plus lents, du fait du l’inertie plus marquée de l’aquifère, de la pertinence ou durée des actions mises en place ou encore du volontarisme des acteurs locaux.